Tests et Dossiers

Test Nexus S

Alors que le Nexus S est disponible depuis quelques jours chez SFR, voici le test de PointGPhone qui tâchera de répondre à la fatidique question : “Faut-il craquer pour ce successeur du Nexus One alors que les smartphones à double-coeur se profilent à l’horizon?”.

Contexte : Jusqu’à maintenant, j’utilisais un Nexus One en tant que mobile personnel. Malgré tout les appareils que j’ai pu tester, que ce soit pour PointGPhone ou dans le cadre de mon activité professionnelle chez Magma Mobile, je n’ai pas réussi à lui trouver un remplaçant. Vous saurez donc à la fin de ce test si le Nexus S a remplacé son grand frère dans ma poche.

Précisons que je parle dans ce test d’un modèle directement importé des Etats-Unis qui est donc équipé d’un écran Super AMOLED, alors que le modèle vendu chez SFR dispose quand à lui d’un écran SLCD. Jetez un oeil à cet article pour plus de détails sur les changements que cela implique.

Le Nexus S, vu de l’extérieur

Jetons tout d’abord un oeil à l’aspect extérieur de ce Nexus S. Sous ses faux airs de Samsung Galaxy S, forcément (le Nexus S est fabriqué par Samsung), le Nexus S abandonne les contours argentés pour adopter une robe entièrement noire du plus bel effet, qui lui donnent un aspect vraiment classe, notamment quand il est éteint.

Tellement noir d’ailleurs, que l’on se prend parfois à chercher dans quel sens tenir le mobile quand on le sort de la poche.

La petit touche funky du Nexus S, c’est son écran courbé dont on a beaucoup parlé mais qui au final n’apporte pas grand chose à part son aspect définitivement cool qui vous permettra de frimer en soirée.

Il paraîtrait que cette surcouche à l’écran serait fragile, mais bien qu’il côtoie quotidiennement mes clés dans ma poche, l’écran du Nexus S s’en est sorti pour l’instant sans une égratignure.

Pour continuer sur l’écran, allons droit au but : il est tout simplement magnifique, et le rendu des couleurs était parfait à mon goût, sans doute un peu moins à celui de Google qui a décidé de modifier la température des couleurs dans la mise à jour Android 2.3.3 Gingerbread

Par contre, le Nexus S reprend la coque arrière en plastique de Galaxy S, et franchement on aurait pu s’en passer même si elle semble un peu moins cheap et fragile. Bien que le plastique soit traité contre les rayures, j’admet que je n’ai pas attendu longtemps pour lui adjoindre une housse de protection (qui est d’ailleurs disponible sur la boutique du site).

Côté poids et dimensions, on a un appareil bien proportionné qui n’atteint pas les extrêmes d’un Samsung Galaxy S II.

Autrement, et bien on a les classiques touches de volume et power, une prise casque situé en bas (ce qui m’a complètement perturbé), les touches tactiles habituelles, et… pas de LED ni de boule (on en reparlera).

Il a quoi dans le ventre, ce Nexus S?

Alors que les smartphones à processeur double-coeur s’approchent à grand pas, le Nexus S embarque “juste” un processeur 1GHz Cortex A8 Hummingbird.

Certains lui reprochent des caractéristiques pas franchement phénoménales par rapport aux terminaux sortis dans la deuxième moitié de l’année 2010 mais elles sont cohérentes, et, c’est ce qui compte, les performances sont au rendez-vous.

Tous les jeux de dernière génération tournent parfaitement, l’interface est extrêmement fluide (étrangement bien plus que sur mon Nexus One que j’ai mis à jour sous Gingerbread).

Bref, si on met de côté la fragmentation imposée par les constructeurs (Tegra Zone, Xperia Play…), le Nexus S ne risque pas d’être dépassé dans les prochains mois et vous permettra de profiter à fond de l’expérience Android pendant encore un long moment.

Côté multimédia, on note la présence d’un flash LED efficace qui faisait tant défaut sur le Galaxy S, mais aussi d’une caméra en façade qui donne accès au chat vidéo.

La qualité photo est correcte, sans plus, mais qui fera l’affaire en tant qu’appareil d’appoint. Tetez un oeil à ces quelques exemples.

D’abord le jour :

Puis en condition extrème :

La photo du grand frère :

Et une vidéo :

[youtube WvAWZmvW7gA]

Le petit plus du Nexus S, c’est la présence d’une puce NFC qui permet de lire des tags NFC, et aussi depuis la version Android 2.3.3 Gingerbread de transmettre des informations, pratique par exemple pour échanger un contact en une fraction de seconde. Par contre, il faudra attendre que la technologie soit présente sur plus de terminaux et exploitée pour être réellement intéressante.

Nexus S, l’expérience Google à son état pur

Le Nexus S est le smartphone “étendard” de Google pour la version Android 2.3 Gingerbread comme l’a été le Nexus One pour Eclair et maintenant le Motorola Xoom pour Honeycomb.

En d’autres termes, pas de surcouche graphique, ni d’applications installées par défaut (à part les applications Google), juste Android dans son plus simple appareil.

Le Nexus S, c’est aussi la garantie d’une mise à jour vers les prochaines versions d’Android, sans devoir compter sur le bon vouloir d’un constructeur, même si on a vu dans le cas du Nexus One qu’il fallait tout de même faire preuve d’un peu de patience…

Concernant Gingerbread à proprement parler, vous ne serez pas trop dépaysés si vous connaissez déjà Eclair, les changements étant plutôt d’ordre technique (Garbage Collector amélioré pour de meilleures performances, support de formats multimédias supplémentaires) même si on note de petites améliorations de l’interface sur lesquelles on ne crachera pas. On pense notamment au clavier qui exploite maintenant le multitouch et se montre encore plus efficace notamment grâce aux possibilité de sélection de texte.

Ah et puis l’animation d’extinction de l’écran est vraiment cool.

Bref, le Nexus S remplit sa mission en portant fièrement les couleurs de Gingerbread.

Le Nexus S et ses petits défauts

En lisant le test jusqu’ici on pourrait se dire que le Nexus S est le smartphone Android parfait, mais tout n’est malheureusement pas rose.

A commencer par un point qui a été décrié lors de son annonce : le manque de port micro SD qui empêche de transférer facilement ses données sur un autre mobile. Alors certes, les 16 GB de capacité interne compensent ce manque, mais ce n’est pas ce que j’appelle un atout.

On regrette aussi certains manques de l’interface d’Android qui n’ont pas été corrigés par Gingerbread, notamment au niveau de certains widgets comme le calendrier qui auraient bien mérité une refonte.

En terme de design, on regrettera la boule du Nexus One tellement utile pour la navigation, et du coup on se sent franchement handicapé pour se déplacer dans un texte ou sélectionner un élément d’un menu déroulant, même si je suppose que c’est sans doute lié à une sombre histoire de brevet déposé par HTC…

Mais ce n’est pas le pire. Le pire c’est l’absence de LED de notification, incompréhensible tant c’est pratique et qui oblige du coup a allumer sans cesse l’écran pour voir si on a reçu un message. Impardonnable.

Pour finir, l’emplacement de la prise jack, en bas, il faut admettre que ce n’est pas très pratique quand on veut brancher un casque quand l’appareil est dans une poche. Certes ce n’est pas la fin du monde et disons que c’est une question d’habitude.

C’est dommage, on n’était pas loin du smartphone parfait mais ces petits défauts font grincer les dents… A croire que Google le fait exprès pour laisser leur chance aux concurrents.

Verdict

Alors, que penser de ce Nexus S? Malgré ses quelques défauts, il faut bien admettre que c’est à l’heure actuelle (en mettant de côté les prochaines sorties) un des tout meilleurs, voir le meilleur smartphone Android du marché.

Ses performances et sa finition en font une valeur sûre.

Il remplit parfaitement son rôle de porte-drapeau de Gingerbread et est la garantie d’un mobile qui restera à jour pendant encore un certain moment.

Si vous voulez un mobile pur Android, la question ne se pose même pas, foncez !

Pour les autres, l’interface d’Android s’est tellement améliorée depuis ses débuts que l’apport d’une surcouche graphique ne se justifie plus forcément et le Nexus S est clairement une option à prendre en considération face au HTC Desire HD et autres HTC Incredible S.

Bref, c’est pour moi (je précise pour les excités dans les commentaires) LE smartphone Android du moment, mais son règne sera peut-être de courte durée quand on voit la concurrence à venir et notamment les monstres à double-coeur qui sortiront dans les prochains mois.

Oui mais si j’ai déjà un Nexus One?

Sur le papier on se dit, et c’est justifié, que les changements apportés par ce Nexus S par rapport au Nexus One, surtout depuis qu’il a été eu sa mise à jour Android 2.3.3 Gingerbread, ne sont pas phénoménaux et ne justifient pas forcément un changement. Oui mais voilà, une fois qu’on goûté à l’écran 4 pouces du Nexus S et la fluidité de son interface, il est très difficile de faire marche arrière.

Donc oui, le Nexus S a remplacé mon Nexus One en tant que mobile principal, et c’est ainsi que se conclut ce test !

Des questions, j’y répond dans les commentaires !

Related Articles

Liste des meilleurs Smartphones Android sortis en septembre 2013

Frederic

Dois-je craquer pour le Galaxy Note 2 ou attendre le Galaxy S4 ?

Olivier

Faisons le point sur toutes les rumeurs concernant le Samsung Galaxy S4 par rapport au Galaxy S3

Olivier

63 comments