Tests et Dossiers

Test Asus Eee Pad Transformer

Alors que Apple est  leader incontestable du marché depuis la sortie de son iPad premier du nom, la concurrence s’organise, et tente tant bien que mal d’égaliser le niveau de la marque à la Pomme. Parmi cette concurrence, on retrouve tous les grands noms de l’industrie Hi-tech: des plus attendus au plus surprenants, en passant par les autres constructeurs qui aimeraient bien semer le trouble dans l’hégémonie “applesque”. C’est dans cette dernière catégorie que l’on pourra classer Asus.

Asus, s’était déjà distingué il y a quelques années par la mise sur sur le marché de mini ordinateurs portables à prix attractifs (gammes Eee PC) alors que le marché était constitué d’ordinateurs de plus de 13 pouces. Le constructeur avait donc fait le pari (gagné) de l’innovation, et avait ouvert la voie à un nouveau secteur et une nouvelle utilisation du micro portable : le nomadisme.

C’est donc tout naturellement que le constructeur taïwanais cherche à se démarquer de la concurrence sur le marché des tablettes en proposant une gamme novatrice et pleine de promesses : celle des tablettes hybrides , à mi-chemin entre ultra-portable et tablette dopée aux hormones.

Une entreprise qui mise sur le pari (gagnant) l’innovation technologique cela ne vous rappelle rien?

En tout cas, Asus propose un produit aux finitions sobres et élégantes qui saura séduire un public qui se veut encore sceptique sur l’utilité des tablettes, et qui cherche un outil nomade de type ultra-portable.

La promesse d’Asus

Ecran 10.1″ Rétroéclairage LED Résolution 1366 x 768 (WXGA) Ecran *1
CPU NVIDIA® Tegra™ 2
Mémoire LP DDR2 1 Go
Stockage 16 Go /32 Go*2 EMMC
Stockage en ligne illimité pendant un an avec Webstorage*3
Réseau sans fil WLAN 802.11 b/g/n@2.4GHz
Bluetooth V2.1
Webcam Webcam sur face avant de 1.2 mégapixels
Webcam sur face arrière de 5 mégapixels
Audio Haut-parleurs stéréo
SRS Premium Sound
Microphone haute qualité
Interface 1 x jack audio 2-en-1 (casque / micro)
1 x port mini-HDMI
1 x lecteur carte Micro SD
Sensor Accéléromètre, capteur de luminosité, gyroscope, boussole et GPS
Application Support du multitâche : Oui
Support du format Flash*4 : Oui
Logiciels inclus : ASUS Launcher, MyLibrary, MyNet, MyCloud*5, gestionnaire de fichiers, outil de synchronisation
Batterie 9,5 heures pour la tablette / 16 heures*6 avec le dock
Batterie Li-polymère 24,4Wh
Dimensions 271 x 177 x 12.99 mm
Poids 680 g

Le verdict de la rédaction

Nb : Avant de me procurer la tablette, j’étais de ceux qui hésitais entre un ultraportable pour sa mobilité, et une tablette pour son originalité. Sachant qu’une tablette, seule, était pour moi hors de question car je trouve qu’une tablette standard possède une utilité qui reste à démontrer. C’est alors que j’ai entendu parlé de l’Eee Pad. Au départ, je me dit: “Asus, c’est un peu cheap, non?”. Autant vous dire que mon avis a changé depuis.”

Niveau Hardware

[vidz id=L7qELCf9Z0s]

Le dock clavier

Le dock clavier, utilisable uniquement avec la tablette Asus est sans doute ce qui donne toute la dimension à la tablette.

Il se présente comme un clavier d’ordinateur portable standard, avec son touchpad et son clavier Azerty (ouf!). Mais ce qui le distingue des claviers standards est l’apparition de touches qui permettent d’exploiter à fond le système Android. Par exemple on retrouve le bouton “retour arrière”, “wifi”, “paramètres”, “volume” …  Ces boutons, que l’on retrouve pour la plupart  sur la tablette sont pratiques lorsque l’on est dans une utilisation “bureautique” de la tablette, ou lorsque l’on souhaite accéder rapidement à certaines fonctionnalités.

Asus aurait pu arrêter ici le rapprochement avec le monde informatique, mais le constructeur a souhaité aller plus loin avec l’ajout de deux ports USB 2.0 qui vous permettront de lire tout type de supports USB (disque de stockage, souris…)  ainsi qu’un lecteur de cartes SD.

Côté fonctionnalité, le clavier permet donc de faire tout ce qu’un clavier d’ordinateur portable sait faire. Y compris les fameux “ctrl+c”, “ctrl+v”, qui sont d’habitude portés sur les ordinateurs Microsoft, le verrouillage du clavier… Le rapprochement avec l’univers Microsoft poussé a son comble : un bouton “home” sur le clavier, que l’on peut retrouver sur tous les micros récents, existe sur le dock, et permet de revenir au bureau Honeycomb !

Élément très intéressant, le clavier possède une batterie identique à celle de la tablette, ce qui lui permet de doubler son autonomie lorsque les deux éléments sont associés.

Du côté des matériaux choisis par Asus, on ne peut qu’être admiratif : revêtement alu pour la partie supérieure, et un plastique très esthétique en guise de coque. Les touches, que l’on aurait pu craindre fragiles, semblent au contraire bien solides.

Enfin, le dock sait se rendre appréciable lorsque l’on regarde une vidéo car il permet de maintenir la tablette, ce qui permet donc de faire autre chose de ses mains. De plus, même si les tablettes se popularisent, l’utilisation du dock permet d’éviter certains regards interrogatifs dans les transports, car la tablette à alors l’apparence d’un portable banal.

L’écran/tablette

La tablette peut s’acheter seule, mais elle entre alors directement en concurrence avec les Xoom, Iconia, et consorts. Dans cette concurrence acharnée, l’Eee Pad n’a rien a envier à ses rivales.

La tablette, boostée par son coeur Tegra 2 est très réactive que ce soit en utilisation normale: internet, photos… mais aussi pour les jeux. Sur les jeux testés (Asteroides, Robot defense, …), on apprécie la fluidité de la tablette.  De plus, l’arrivée de plus en plus de jeux développés pour les tablettes sous Tegra 2, laisse rêveur.

Petit bémol cependant concernant le passage en mode vertical de certaines applications et de quasiment tous les jeux. D’accord ce n’est pas bien compliqué de tourner l’écran, mais quand on utilise le dock, déjà un peu plus. Pourtant la rotation d’écran est désactivée lorsque l’on utilise le dock…

La tablette possède deux webcams : l’une en façade, l’autre à l’arrière de la tablette. Autant celle en façade peut être pratique pour l’utilisation d’applications comme Skype, autant celle située à l’arrière est anecdotique, tant ses 5 mégapixels sont à la fois inutiles dans l’utilisation d’une tablette  mais aussi du piètre qualité. Mais cela peut toujours servir comme on dit.

[vidz id=rXUdTz0pmt8]

En lecture vidéo, la tablette dotée de la technologie LED permet d’obtenir de très bon résultats en lecture vidéo, puisque la lecture de film HD est possible. Le contraste et le rendu des couleurs est très bon, et l’écran permet une bonne visualisation de l’image jusqu’à 178°. Comme tous les écrans de ce type, il est difficile d’utiliser la tablette en plein soleil.

Le pointage est précis, et comme sur la plupart des tablettes et smartphones, le multi-touch est possible.

Côté connectique,  la tablette possède une sortie mini-HDMI ce qui permettra de relier celle-ci à un téléviseur HD.

Stockage

La tablette se décline en deux versions: une de 16 Go et une de 32 Go. Mais pas de panique si vous comptiez la charger avec votre cinémathèque, il est possible d’ajouter une carte micro SD, ce qui permettrait de doubler l’espace pour seulement 50€!

La batterie

Chacun des deux éléments séparés possèdent une autonomie de 8h environ en utilisation normale. Pratique pour le dock me direz-vous, sauf que celui-ci peut recharger la tablette lorsque la batterie de cette dernière commence à faiblir. En effet, d’expérience personnelle, alors que la tablette indiquait 35% de batterie restante, après”branchement” sur le dock, celle-ci grimpe progressivement jusqu’à 70% !

Côté chiffres notons certains points intéressants :

  • 10 h d’autonomie en lecture de films HD
  • 5 jours d’autonomie en usage normal (quelques vidéos, internet, jeux…).
  • 4H de musique avec Deezer, et toujours 100% de batterie !
Ainsi, en utilisation normale à intensive, c’est quasiment une semaine sans charger l’appareil.

Niveau software

Tournant sur Android Honeycomb 3.1 (Android 3.2 étant annoncé pour début août), la tablette offre toute l’univers Google dans une plateforme adaptée aux tablettes, bien loin des tablettes tournant sur Froyo. Graphismes repensés, arborescence plus intuitive, applications audio/photos remodelées, … Google a semble-t-il gardé ce qui a fait son succès, mais en l’adaptant au mieux aux tablettes.

[vidz id=tqkhTO4k1Q8]

Côté applications préinstallés, on retrouve les incontournables d’Android (musique, photos, Market, Map, Navigation, …), ainsi que une suite de type Office : Polaris Office.

Cette suite, beaucoup plus basique que celle de Microsoft, vous permettra de retoucher vos documents Excel, Word et Powerpoint en toute facilité. Attention tout de même à ne pas trop miser sur ces retouches… Pour l’anecdote, je me suis rendu compte à mes dépends qu’une présentation modifiée avec Polaris ne resemble pas vraiment au résultat escompté. Quoi qu’il en soit cette suite est très intéressante lorsque l’on utilise le dock clavier.

On retrouve aussi une surcouche logicielle Asus

  • MyCloud : une porte vers le nuage (ou cloud computing) Asus
  • MyContent : service de stockage sur Asus Webstorage
  • MyDesktop : permettant le contrôle à distance de votre Mac ou PC
  • @Vibe : un service de Web radio et de musique et vidéos en ligne
  • MyLibrary : une bibliothèque/visionneuse de livres électroniques
  • MyNet : un lecteur multimédia qui permet de partager votre contenu numérique.

Prix

Comptez 599 € pour la tablette + le dock pour la version 32 Go, 499€ pour la tablette seule.

Pour la version 16 Go, comptez 90€ de moins.

Conclusion

Vous l’aurez compris, il n’est pas chose aisée de faire un test de tablette pour l’Eee Pad, tant son utilisation est à la fois lointaine, et tellement proche de celles-ci.

La tablette seule est une très bonne tablette, elle possède les mêmes performances que ses concurrentes.

C’est évidemment par sa possible association avec un dock clavier, soigneusement pensé, que la tablette se démarque de ses concurrentes. Réelle alternative entre une tablette et un portable, la première apparition d’Asus sur le marché est très prometteuse, et ouvre donc, comme le constructeur l’avait déjà fait par le passé, un nouveau marché: celui des hybrides tablette/micro. Car au regard des critiques et des chiffres, pas de doute possible : Asus a frappé fort. Et il est fort probable que la concurrence lui emboîte le pas.

On aime:

  • Le concept dock + clavier novateur
  • L’autonomie
  • Le prix
  • La finition

On aime pas:

  • Impossibilité de créer des dossiers sur le bureau d’Honeycomb (d’accord je chipote, et il existe des alternatives)
  • Mode vertical des applications

Un peu d’humour ne fait pas de mal…

Related Articles

Installer Android sur mon vieux téléphone?

Olivier

Apps on Sale – Faites le plein d’applications gratuites !

Olivier

Samsung Galaxy Alpha et iPhone 6, qui gagnera la bataille?

Olivier

3 comments

Leave a Comment