Actualité

Microsoft VS Kyocera : une guerre de brevet

Photo : Kyocera

La firme américaine Microsoft a saisi la justice américaine à l’encontre du Japonnais Kyocera qui est présent dans de nombreux domaines tels que la téléphonie mobile. Une utilisation d’au moins sept brevets concernant Android par la firme Japonaise Kyocera, sans une autorisation au préalable par Microsoft serait au centre des problèmes.

Photo : Kyocera

Modèles de smartphones seraient concernés

Ayant déjà parvenu à une signature d’accords sur le versement de royalities avec tous les principaux fabricants de terminaux mobiles qui utilisent l’OS de Google tel que LG, Samsung ou HTC. Cette fois-ci ça serait donc le tour du Kyocera qui n’est autre que la dernière cible de Microsoft concernant cette guerre de brevet. Les brevets utilisés concerneraient le message texte, la géolocalisation, la gestion de la batterie et même le multitâche qui ont été créé par Nokia puis rachetés en 2013 par la firme de Redmond. 3 smartphones de la marque japonaise seraient donc concernés, on parle du modèle Dualforce, du Brigadier et de l’Hydro.

 

Si Kyocera ne consent pas à régler le problème face à cette guerre de brevet lancé par Microsoft contre la firme japonaise autour d’une table ronde, en d’autres termes: mettre la main à la poche (on parle ici d’un versement d’une somme de près de 1 milliard de dollars  pour l’ensemble de l’année 2013), Microsoft compte bien émettre une demande de restriction à la vente de ses 3 smartphones sur le territoire américain. Il serait improbable que le japonais s’engage dans une bataille juridique alors que des firmes plus puissantes que lui ont déjà abandonné cette idée-là pour trouver un arrangement avec la firme de Redmond.

 

Microsoft  compte faire une bonne affaire cette fois-ci, puisque les royalities seront généralement perçues pour tout l’ensemble des smartphones distribués dans le monde entier et non seulement ceux que le constructeur avait distribués sur le marché américain. Pourtant ces dits brevets semblent assez généraliste et qui s’appliquent techniquement à tout appareil électronique mobile.

 

Du côté de la firme Kyocera, elle ne semble pas opter pour la solution ”amicale” ce qui entrainerait une poursuite en justice par Microsoft. La meilleure défense que pourrait évoquer la firme japonaise c’est d’appuyer sur le fait que les brevets soient relatifs à Android et non spécifiquement à ses appareils.

Related Articles

Création du Nantes GTUG, première conférence le 24 mars

Olivier

Spotify : victime d’un piratage, attention pour les utilisateurs d’Android

Olivier

Google I/O : quelques nouvelles sur les projets en cours

Olivier

1 comment